Coupe du monde 2010 : l’équipe des philosophes

Les philosophes jouent aussi au foot. La preuve : ils ont aligné une équipe qui participe à cette coupe du monde 2010.

Parce que la philosophie, c’est d’abord la raison et le concept, notre équipe de philosophes a opté pour un 4-4-2 très structuré et harmonieux. Mais comme un système tactique n’a de sens que par l’animation des joueurs qui le composent ( dites ça à l’équipe de France), nos philosophes footeux ne se sont pas interdits un brin de créativité, de folie et d’intuition histoire de dérouter l’équipe adverse. Après tout, la rigueur allemande n’ a pas empêché l’éclosion de l’inventif Ozil.

Mais passons tout de suite à la composition de l’équipe des philosophes qui espère aller loin dans cette compétition où la vérité et la sagesse se trouvent sur le terrain.

Dans les buts, Socrate bien sûr. La gardien de la philosophie, le senior de l’équipe, qui derrière ses filets a pris soin de déposer une bouteille dans laquelle l’eau a remplacé la ciguë.

Une défense à plat avec dans l’axe Platon pour ses automatismes rodés avec Socrate et pour l’accompagner un autre vétéran grec de la pensée philosophique, M. Aristote. Certes, ce n’est pas ce qui se fait de mieux en matière d’idées réalistes mais c’est du lourd quand même et difficile de s’en passer sans se faire tacler au moins par les profs de philo.

Sur les côtés des latéraux un brin fantaisistes. Épicure, parce que la philosophie passe aussi par la bande et que dire que tous les plaisirs ne sont pas forcément mauvais est un gage d’équilibre. De l’autre côté, Héraclite parce que le football moderne exige que le latéral soit toujours en mouvement et qu’il apporte une solution offensive.

Au milieu, l’équipe des philosophes donne les clés du jeu à ses milieux offensifs excentrés. A Sartre et à Spinoza. A Sartre parce qu’il a un profil polyvalent entre philosophie et littérature et qu’il crée en permanence. A Spinoza pour ses éclairs et parce qu’il y a toujours un peu de lumière dans un milieu qui attaque. On attend du philosophe hollandais des passes de génie et une vision très en hauteur du jeu.

Pour colmater les brèches et gérer le bloc équipe, l’équipe des philosophes a choisi les deux meilleurs milieux défensifs de l’histoire de la philosophie : Hegel et Kant. Des bosseurs, des bourreaux de travail, des créateurs de concept et de très bon relayeurs sans qui la philosophie classique et moderne n’auraient pas de liant.

Devant, en attaque, il fallait des perceurs, des iconoclastes, des dérangeurs, des provocateurs mais aussi des talents capables d’inventer un monde et de créer des ruptures dans la défense adverse. C’est pourquoi l’équipe des philosophes de cette coupe du monde 2010 a choisi de confier la finition à Nietzsche et à Heidegger.

Bien entendu, une grande équipe moderne ne serait rien sans un banc de qualité : Leibniz, Merleau-Ponty, Hume, Bachelard, Marx, Descartes, Husserl, Bergson, Pascal, Rousseau, Locke, Machiavel sont prêts à rentrer sur le terrain.

Et puis beaucoup d’autres aussi auraient pu faire partie de cette équipe de foot des philosophes pour la coupe du monde, mais la Fifa exige que chaque équipe ne vienne qu’avec 23 joueurs. Pour cette équipe, c’est trop peu, pour d’autres, c’est déjà beaucoup.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s